Frank Olivier Martin, entre réel et fantastique

L’ atelier de Frank Olivier Martin est calme,  il y a de l’espace au centre  de la pièce et des images le long des murs. Les toiles sont bien rangées, alignées, superposées, elles s’excuseraient presque d’être là. Mais il ne faut pas se fier aux apparences.

0 (2)

Il ne faut pas hésitez à regarder entre les toiles, tirer vers soi la première, la deuxième, aller jusqu’à la dernière posée sur le mur.

13

 

14

Les couleurs chaudes sont là, soutenues par un dessin expert, précis, réaliste, qui pourrait se revendiquer d’une filiation avec  Edward Hopper.

2

 

2-ter

 

8

 

7

 

15

On perçoit l’intention. Frank Olivier  travaille sur la séquence, le temps découpé, les moments saisis, les instants. La mise en scène pour présenter son travail devient une évidence, tout est affaire de séquences.

2-bis

 

3

Les recherches au mur, ancrées dans le réel, partent dans le fantastique, par un astucieux travail de découpages et de superpositions qui font travailler le regard, s’interroger sur ce qu’on voit, se perdre légèrement.

4

 

5

Comme dans un film de de David Lynch, le trouble s’installe, la limite entre réel et fantastique s’efface doucement, on est saisi par les ambiances d’espaces et de lieux  vides, déserts, où quelqu’un a du passer.

6

 

12

Dans l’atelier il y a aussi une grande installation. Toile de fond, un terrain de sport, ambiance de soirée froide, travail sur le décalage, maitrise des ambiances, on frissonne. Devant la toile, une série de personnages posés sur des tiges en métal.

9

 

10

 

11Expérience plastique très cinématographique qui nous place au centre d’un jeu visuel. En tant que spectateurs, nous sommes aussi acteurs de ce que nous pouvons voir et décrypter.

Pour finir la visite de l’atelier, un petit coin que Frank Olivier avait dissimulé pour les portes ouvertes mais que Nina a saisi au vol, un petit bazar de couleurs joyeuses, qui attend notre départ pour reprendre sa place dans la pièce.

16

Mais who are you, mister Frank Olivier Martin ?

2eme selection FOM

Pour suivre l’actualité de Frank Olivier, il y a son site et en janvier/février 2016 une expo collective avec Charles Bodet et Sébastien Bocquet, à l’initiative du  collectif INIT dans la Galerie du 48 à Rennes.

Publicités

Vous aimez ? Dîtes-le nous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s